Diffusion de sa pensée
Engaging the Thought of Bernard Lonergan

 

Un nouveau livre de Louis Roy

Engaging the Thought of Bernard Lonergan
Montreal: McGill-Queen's University Press, 2016

Louis Roy propose dans ce nouvel ouvrage quinze études qui ajoutent à notre compréhension de la pensée de Bernard Lonergan par des recoupements inédits.

La première partie de ce livre, consacrée à une explication de la méthode, compare notamment les interprétations qu’en ont faites David Tracy, Michael O’Callaghan, Frederick Crowe et Mark Miller et situe le projet de Lonergan dans son contexte historique, pour mettre en lumière quatre éléments du propos de Lonergan : situer la philosophie et la théologie dans le panorama du savoir, formuler la subjectivité authentique comme un mouvement vers l’objectivité, montrer le rôle vital de la conscience historique en théologie et faire ressortir le défi d’un engagement intellectuel dans un monde en quête de salut.

La deuxième partie est consacrée à l’expérience religieuse, à la foi (faith) et aux articles de foi (beliefs). Louis Roy indique la place et le sens de l’expérience religieuse dans la pensée de Lonergan, sur fond de panorama historique où se profilent Augustin, Thomas d’Aquin, Schleiermacher et Newman. Lonergan, souligne Louis Roy, offre une voie d’intégration inédite de la raison et de la foi. La perspective à la fois ascendante (mouvement de créativité) et descendante (mouvement de guérison) déclinant les quatre niveaux de l’intentionnalité humaine (que Lonergan partage avec Augustin et Thomas d’Aquin, même si ces derniers n’ont pas systématiquement relié ces niveaux tous ensemble) offre une voie d’accompagnement spirituel du croyant vers la perfection chrétienne. Louis Roy nous livre une intéressante comparaison des positions de Thomas d’Aquin, de Schleiermacher, de Wilfred Cantwell Smith et de Lonergan sur les rapports entre le croire (faith) et les articles de foi (religious beliefs). Il nous livre ensuite une réflexion plus philosophique sur la signification et la vérité, faisant état des positions qui privilégient un des deux pôles au détriment de l’autre, pour montrer l’arrimage lonerganien entre vérité révélée et pluralité des significations dans de multiples contextes culturels. La pluralité des cultures soulève la question du classicisme, c’est-à-dire la fausse pérennité d’une culture érigée en rempart contre le relativisme au mépris de l’histoire et des différenciations de la conscience humaine : tout comme il offre une voie d’accès à la vérité par la normativité inscrite au cœur de la subjectivité (« un rocher sur lequel on peut bâtir » (Pour une méthode en théologie, p. 33), Lonergan propose avec sa méthode empirique généralisée un antidote au relativisme qui rend justice à la conscience historique.

Une troisième partie présente quatre études sur les implications de la méthode de Lonergan en théologie (où il compare notamment la pensée de Lonergan à celle de son contemporain Karl Rahner), dans le domaine de la mystique (où il reprend l’analyse de l’apport de Lonergan à une approche de l’ouverture à la transcendance, en dialogue avec les penseurs abordés dans Mystical Consciousness), en liturgie (où une application intéressante du « réalisme critique » donne corps au « symbolisme vertical ») et en éducation (où la pensée de Lonergan assure des fondements essentiels à l’intégration des savoirs, au développement moral et à la diffusion de la foi chrétienne).

Enfin, une quatrième partie consacrée à l’éthique propose une comparaison avec la pensée de Macmurray, une autre mise en relief par rapport à Gandhi cette fois, et finalement deux intéressantes réflexions sur la portée de la pensée de Lonergan sur les fondements des droits de la personne et la notion de providence divine.

 

Nouveautés

Accueil | Actualités | Diffusion de sa pensée
Entretiens | L'homme et l'oeuvre | Gaston Raymond | Introduction à sa pensée | Liens | Repères biographiques
Textes particuliers | Théories économiques

Index du site